La reprise collective. Quand vendre son entreprise à ses employées ou à sa communauté ?

Dans le cadre du mois de l’économie sociale de la Côte-Nord qui se tient tout le mois de novembre, il était important pour les différents intervenants du territoire de démystifier la reprise collective afin de faire connaître cette option de transfert d’entreprise. Le but, conserver dans nos milieux une partie de notre richesse collective. Parce qu’il faut se le dire, lorsqu’une entreprise disparaît, c’est tout le milieu qui en souffre. Les repreneurs/acheteurs d’entreprises ne courent pas les rues pour diverses raisons. Alors, que faire ? Eh bien, voici une piste de solutions : racheter en partie ou en totalité l’entreprise par le modèle coopératif. En voici un exemple bien concret de chez-nous. À l’Emportée coop de Tadoussac.

La Coop à l’Emportée de Tadoussac

À L’Emportée est une coopérative de travailleurs créée en 2009 par trois jeunes femmes soucieuses de redonner un deuxième souffle à la boulangerie du village. Ce trio inspiré – composé d’inspirantes – travaille dans un esprit solidaire, équitable et coopératif pour vous offrir une cuisine créative, ludique et savoureuse.

L’équipe, passionnée par le terroir sauvage de la Côte-Nord et les ingrédients exotiques, s’est donné pour vocation de vous les faire découvrir.

Danielle Harvey, Karine Vivier et Galadrielle Landreville, pourquoi avez-vous choisi de reprendre sous le modèle coop ?

L’important pour nous, lorsque nous avons acquis les actifs de la boulangerie du village de Tadoussac, c’était de créer des emplois durables et de varier l’offre alimentaire dans notre milieu de vie. La coopérative de travailleurs était pour nous le choix le plus logique pour que le projet existe le plus longtemps possible. Lorsque nous serons rendus ailleurs, nous espérons qu’il y aura d’autres membres travailleurs pour faire vivre le projet « À l’Emportée coop » !

Nous imaginons que chacune d’entre vous utilise son « expertise » ou son bagage dans la prise de décision. Comment prenez-vous celle-ci pour que ce soit équitable et surtout la meilleure décision pour la coop ?

À l’Emportée coop existe depuis déjà 11 ans, au début de ce projet nous étions assez jeunes, aucune de nous n’avait beaucoup d’expérience dans la gestion d’entreprise. C’est en essayant différentes formules que nous avons chacune pris notre place et développé nos aptitudes d’entrepreneures. Ayant des personnalités et des forces assez différentes, ça s’est fait plutôt naturellement. Puis, lorsque vient le temps de trancher, le vote à trois nous facilite la vie, mais nous recherchons le plus possible un compromis ou au mieux un consensus.

Quels sont les avantages pour les membres et quel impact cela a sur la Coopérative?

Le modèle coop nous a permis de mettre nos idées et nos forces en commun pour créer notre entreprise à notre image et d’y mettre chacune notre touche personnelle. À nos débuts comme entrepreneures, le fait d’être en coopérative nous a beaucoup aidées à structurer notre projet. Au fil des années, nos conditions de travail se sont améliorées et les incertitudes financières se sont atténuées. À L’Emportée a maintenant les reins plus solides et elle peut assurer nos emplois et celui d’une dizaine d’autres employés.

Qu’elle est, selon vous, l’impact de votre entreprise dans le milieu ?

On est très heureuses d’offrir des produits sains et artisanaux autant aux gens du village qu’aux gens de passage à Tadoussac. Les Tadoussaciens attendent avec impatience notre ouverture saisonnière et les enfants ont des étoiles dans les yeux lorsqu’ils franchissent la porte du 164 B, rue Morin. À travers les années, notre entreprise a grossi et elle crée de plus en plus d’emplois, ça nous rend assez fières ! Nous sommes impliquées dans notre milieu à plusieurs niveaux et cela amène son lot de reconnaissance. De plus, puisqu’il n’y a pas tant de commerce comme le nôtre en forme coopérative sur la Côte-Nord, nous croyons agir comme un modèle d’économie sociale inspirant pour les personnes désirant créer ou reprendre une entreprise.

Qui vous a soutenue dans cette démarche ?

La SADC (prêts), le CLD (subvention), la CDRQ (accompagnement), les anciens propriétaires de la boulangerie, nos amis, nos parents et la communauté.

Qu’elles sont les principaux défis de la coopérative ? Comme on est un commerce saisonnier, l’embauche et le recrutement de nouveaux membres travailleurs restent de grands défis pour nous. L’approvisionnement est parfois plus ardu en région surtout si on veut acheter des emballages écologiques ou des denrées biologiques, équitables et locales.

Qu’elle est, selon vous, l’impact de votre entreprise dans le milieu ?

On est très heureuses d’offrir des produits sains et artisanaux autant aux gens du village qu’aux gens de passage à Tadoussac. Les Tadoussaciens attendent avec impatience notre ouverture saisonnière et les enfants ont des étoiles dans les yeux lorsqu’ils franchissent la porte du 164 B, rue Morin. À travers les années, notre entreprise a grossi et elle crée de plus en plus d’emplois, ça nous rend assez fières ! Nous sommes impliquées dans notre milieu à plusieurs niveaux et cela amène son lot de reconnaissance. De plus, puisqu’il n’y a pas tant de commerce comme le nôtre en forme coopérative sur la Côte-Nord, nous croyons agir comme un modèle d’économie sociale inspirant pour les personnes désirant créer ou reprendre une entreprise.

Une collaboration

Adam Desbiens direction@economiesocialecotenord.ca

Stéphane D’Amours stephane.damours@ctequebec.com

Vendre son entreprise à ses employés sous forme de coopérative !

Les entreprises en économie sociale

Vendre son entreprise à ses employés sous forme de coopérative !

Saviez-vous que d’ici cinq ans, quatre à cinq entrepreneurs sur dix envisagent de vendre leur entreprise ? Que ce soit en totalité ou partiellement, viendra le temps où les propriétaires voudront se retirer du monde des affaires et prendre leur retraite, ceux-ci auront besoin de relève, de repreneurs. Combien de fois avons-nous vu des entreprises fermer faute de relève ou passer entre les mains de compagnies étrangères ?

La reprise collective par les employés est une option-solution souvent méconnue qui permettrait de sauver plusieurs entreprises, pour le bien de tous : employés, résidents, clients, fournisseurs et pour la communauté.

Qu’est-ce que la reprise collective par les employés ? C’est lorsque les employés, parfois en partenariat avec d’autres parties prenantes comme des clients ou des fournisseurs, reprennent par le modèle collectif, le flambeau de l’entreprise. Une transition favorable vers le modèle corporatif est un pouvoir d’agir et une option « supplémentaire » pour les dirigeants d’entreprise qui est fortement à considérer afin de conserver nos entreprises nord-côtières.

Il existe des avantages pour le cédant. Cela diminue le risque de vente d’unités d’affaires ou de délocalisation, il y a peu de changement dans l’équipe donc, pas de perte de savoir-faire ni d’expertise, le transfert d’entreprise se fait en douceur (mêmes contacts à l’interne pour les clients et les fournisseurs), les entrepreneurs employés sont très motivés par l’aventure entrepreneuriale et c’est donc une entente gagnant-gagnant.

Pour les repreneurs ou acheteurs, on y voit aussi plusieurs avantages. D’abord, des emplois assurés, le transfert d’entreprise serein dans un environnement connu, la participation aux décisions stratégiques de l’entreprise, le degré élevé d’implication ou le sentiment d’appartenance à l’entreprise, la participation des employés aux résultats, la potentielle augmentation de l’efficacité du travail, c’est donc aussi une entente gagnant-gagnant basée sur un mode de gestion participatif avec un consensus de groupe.

Pour l’économie locale, c’est la pérennité des entreprises dans le temps, la continuité de l’apport de l’entreprise au développement et à la vitalité socioéconomique, le maintien des emplois et des expertises, et donc des familles, le transfert d’entreprise vers un patrimoine collectif enfin la possibilité de regroupement sectoriel et régional.

En bonus, l’entreprise devient une propriété collective, celle des membres. Ne croyez pas que ce soit seulement pour un certain secteur d’activités, loin de là. Cela est possible dans tous les secteurs d’activités, tels que le transport, la fabrication, l’agriculture, la foresterie, la pêche, la chasse, l’hébergement touristique, la restauration, la construction, l’industrie et bien d’autres encore.

Adam Desbiens, coordonnateur – Pôle d’économie sociale Côte-Nord direction@economiesocialecotenord.ca 

&

Stéphane D’Amours, conseiller en transfert d’entreprise stephane.damours@ctequebec.com

En novembre, place à l’économie sociale : Une solution pour une meilleure relance économique du Québec

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiat

 

Côte-Nord, le 2 novembre 2020 – C’est aujourd’hui que débute officiellement le Mois de l’économie sociale. Profitant de cet événement, le Pôle d’économie sociale Côte-Nord, en collaboration avec le Chantier de l’économie sociale ainsi que les 21 autres Pôles d’économie sociale de la province, souhaitent lancer un message fort aux Québécois : l’économie sociale s’impose comme une solution pour une meilleure relance économique du Québec.

Le Mois de l’économie sociale est essentiel puisqu’il représente un moment tout indiqué pour rappeler la pertinence de l’entrepreneuriat collectif dans un Québec ou un nombre grandissant de personnes et d’organisations ont commencé à élever leurs voix pour exiger que la relance économique du Québec soit plus inclusive et plus durable.

Le modèle collectif fait place à l’emploi, valorise la main-d’œuvre locale et s’ancre ici, chez nous. C’est un modèle qui fait place à la diversité sous toutes ses formes, à l’égalité et à des milieux de vie en santé. En d’autres mots, les entreprises d’économie sociale ont la capacité de pallier des enjeux modernes tels que le développement durable, la relève entrepreneuriale et le développement économique.

L’édition 2020 du Mois de l’économie sociale s’articulera autour des cinq sous-thèmes qui caractérisent l’univers de l’économie sociale : la durabilité, la localité, la prospérité, l’inclusion et la participation. Pour aider la population et les futur.e.s entrepreneur.e.s à en savoir plus sur ces sous-thèmes et à les démystifier, des pages spécifiques à chacun d’entre eux ont été créées sur le site web de l’événement : www.mois-es.com.

Le nombre approximatif d’entreprises collectives nord-côtières est évalué à plus de 200, qu’elles soient sous forme d’organisme à but non lucratif (OBNL)  ou de coopérative. Ensemble, incluant le Nord-du-Québec, c’est au-delà de 3 530 emplois. Une contribution en revenus de près de 300 M$.  Bien ancrés dans leur milieu, 39% d’entre elles sont présentes depuis plus de 30 ans.

 Des activités organisées partout au Québec

Les différents Pôles d’économie sociale œuvrant dans toutes les régions du Québec organiseront une variété d’activités pour sensibiliser la population à l’économie sociale, en plus d’outiller les actuels et futurs entrepreneurs, notamment en les mettant en contact direct avec des spécialistes du milieu.

Durant le mois de novembre, le Pôle d’économie sociale Côte-Nord tient à souligner l’apport des entrepreneurs collectifs du territoire Nord-Côtier en mettant de l’avant les gens qui y contribuent activement. Par leur engagement et leur dévouement, ils contribuent à la vitalité de nos communautés et à l’amélioration des conditions de vies des citoyens.

Nous vous convions à visiter le www.economiesocialecotenord.ca dès maintenant, un outil utile et ce, pour l’ensemble du territoire, de Blanc-Sablon à Tadoussac.

À propos du Chantier de l’économie sociale

Le Chantier de l’économie sociale est une organisation autonome et non partisane qui a pour principal mandat la concertation pour la promotion et le développement de l’entrepreneuriat collectif au Québec. Corporation à but non lucratif, le Chantier réunit des promoteurs d’entreprises d’économie sociale (coopératives, mutuelles et organismes sans but lucratif) œuvrant dans de multiples secteurs d’activités (communications, loisir, technologies, habitation, services aux personnes, ressources naturelles, formation, financement, services de proximité, culture, etc.), des représentants des grands mouvements sociaux et des acteurs du développement local en milieux urbain et rural.

À propos du Pôle d’économie sociale de la Côte-Nord

Le Pôle d’économie sociale de la Côte-Nord est un regroupement d’entreprises collectives et d’acteurs de soutien voués à maximiser la contribution de l’économie sociale au développement des collectivités. La mission du Pôle d’économie sociale de la Côte-Nord consiste à « harmoniser la concertation et le développement de partenariats entre les entreprises, les intervenants locaux et régionaux en économie sociale et à promouvoir son développement ». Le Pôle est soutenu financièrement par le Ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec.

-30-

Source :

Adam Desbiens Coordonnateur Pôle d’économie sociale Côte-Nord

Bureau : 418-294-0826 poste  222 / cellulaire 418-293-2133

 

Covid-19 – Informations entreprises collectives

En raison de la COVID-19 qui chamboule le fonctionnement des organisations et dont les impacts se déclinent différemment dans certains territoires et dans certains secteurs, le Chantier met en place différentes mesures dont une page web qui réunira l’information pertinente et sera mise à jour régulièrement en fonction des développements.

COVID-19 – Ressources/Information

Vous trouverez ici de l’information pertinente concernant les mesures spéciales liées à la COVID-19.

Des mises à jour régulières seront faites en fonction des développements.

COVID-19 – Ressources/Information

 

Comment préparer son entreprise

Assurer la continuité des activités

c’est établir à l’avance, sans les facteurs d’urgence et de panique, comment votre entreprise réagira si un incident survient. Cette démarche permet de mettre en place des stratégies pour diminuer les effets de l’incident sur :

  • votre environnement;
  • vos actifs;
  • vos activités;
  • vos revenus;
  • votre réputation.

Les risques pour votre entreprise

Les changements climatiques provoquent davantage de catastrophes naturelles qu’autrefois. Inondations, feux de forêt, verglas, vents violents et autres événements météorologiques extrêmes peuvent avoir des conséquences majeures sur votre entreprise, telles que :

  • baisse de production;
  • arrêt des opérations;
  • pertes matérielles et financières;
  • perte d’accès à votre emplacement;
  • perte d’accès à vos ressources premières;
  • incapacité des employés à se rendre au travail;
  • incapacité de l’entreprise à servir ses clients.

Pour en savoir plus, visitez le site du Gouvernement du Québec

D’autres informations suivront.

Le Programme de préparation à l’investissement (PPI)

*MISE À JOUR IMPORTANTE*

Veuillez noter que depuis le 27 mai 2020, le Programme de préparation à l’investissement est fermé et nous sommes dans l’impossibilité de recevoir de nouvelles demandes, tout montant confondu.

L’ensemble de l’enveloppe est engagée, c’est-à-dire que la valeur totale des demandes reçues est égale aux sommes disponibles. Ceci dit, chacun de ces dossiers seront soumis au processus d’analyse et feront l’objet d’une décision de la part du Comité de financement. Ainsi, des fonds pourraient se libérer dans les semaines à venir.  Dans ce contexte, une liste d’attente a été mise sur pied. Ainsi, toutes les demandes complètes excédentaires ont été mises sur celle-ci et nous y aurons recours, sur une base de premier arrivé, premier servi, selon les fonds disponibles. Les promoteurs seront informés de l’évolution de leur dossier, au fur et à mesure.
Restez à l’affût pour le bilan du PPI qui viendra dans quelques mois!

**********

Le Programme de préparation à l’investissement (PPI) est officiellement lancé depuis le 12 décembre 2019.

Le Chantier de l’économie sociale est fier d’annoncer la mise en œuvre du Programme de préparation à l’investissement (PPI) au Québec, programme pour lequel le Chantier a été mandaté comme partenaire de financement par Emploi et Développement social Canada (EDSC) en juin 2019.

Vous avez un projet entrepreneurial en tête qui répond à un ou plusieurs besoins de votre communauté, d’une collectivité, d’un territoire ou d’un secteur? Vous êtes à la recherche de bailleurs de fonds pour mener votre projet à terme et le rendre attrayant pour d’autres investisseurs? Le Programme de préparation à l’investissement (PPI) est pour vous!

Dans l’ensemble, le PPI, financé par le gouvernement du Canada, vise à rendre votre organisation techniquement prête en vue des marchés d’approvisionnement et de l’investissement. Après le projet, votre organisation devrait être mieux outillée et prête à attirer des capitaux qui vous permettront d’accroître l’impact de votre mission sociale.

Note : Le PPI prend fin le 31 mars 2021.

Pour tout savoir, visitez le : www.chantier.qc.ca/ppi/

 

Des outils financiers pour vos entreprises.

Dans l’écosystème du financier, il existe une panoplie de source de financement. Certains outils ont par contre été développé spécifiquement pour les entreprises collectives. Voici ceux du Réseau d’investissement sociale du Québec (RISQ) et de la Fiducie du Chantier:

Le RISQ…

PRÊT POUR AIDE TECHNIQUE

Avances de fonds entre 1 000 $ et 5 000 $

Notre prêt Aide Technique vous permet de financer les services de consultants et de spécialistes pour effectuer les études et analyses nécessaires à la réalisation de votre projet collectif ou au développement de votre entreprise existante qu’elle soit en démarrage de nouveau projet, en expansion ou en redressement… →⊕

PRÊT DE PRÉDÉMARRAGE

Prêt d’un maximum de 100 000 $ sur 2 ans,
soit 50 000 $ par année 

Que votre entreprise collective soit nouvelle ou existante, notre prêt de Prédémarrage soutient votre entreprise dans la préparation et la mise en œuvre de vos projets d’expansion, d’innovation et dans le développement de nouveaux marchés ou occasions d’affaires.

Le stade de prédémarrage comprend l’ensemble des étapes durant lesquelles l’idée est développée en projet menant à la naissance d’une nouvelle entreprise ou la réalisation d’un nouveau projet d’une entreprise en opération.

Par la suite, il est possible de demander un financement au volet Capitalisation pour un montant maximal de 50 000 $ dans le cadre du démarrage du projet…→⊕

PRÊT DE CAPITALISATION

Montant entre 20 000 $ et 50 000 $ par projet,
maximum de 100 000 $ par entreprise

Notre aide financière Capitalisation, complémentaire à d’autres financements, permet d’appuyer votre projet sous diverses formes d’investissement, qu’il soit en phase de démarrage, expansion, développement ou consolidation :

  • Prêt direct sans prise de garantie afin de compléter votre mise de fonds
  • Cautionnement de soumission ou d’exécution afin de répondre à des appels d’offres
  • Garantie de prêt ou de marge de crédit pour obtenir le financement dont vous avez besoin sans mettre vos actifs en garantie (autorisé pour une période maximale de 5 ans)
  • Parts privilégiées (coop) ou d’obligations solidaires (OSBL), déterminées au cas par cas…→⊕

La Fiducie du Chantier…

Prêt capital patient opérations (CPO) ou immobilier (CPI)

Entre 50 000 $ et 1,5 million $

La Fiducie du Chantier de l’économie sociale offre des prêts sans exigence de remboursement de capital avant 15 ans. Ce capital permet de soutenir les projets de démarrage et d’expansion des entreprises et d’appuyer leurs investissements immobiliers.

Variant entre 50 000 $ et 1,5 million $, les prêts de la Fiducie du Chantier se déclinent en deux types :

  • Du capital patient opérations (CPO) : pour financer les coûts liés au fonds de roulement, à la mise en marché de nouveaux produits ainsi qu’à l’acquisition d’équipement de bureau, d’équipement informatique, de matériel roulant, de machinerie ou d’outillage. Ce capital patient opérations est investi sans garantie.
  • Du capital patient immobilier (CPI) : pour financer les coûts directement associés à l’acquisition, à la construction ou à la rénovation d’actifs immobiliers tels qu’un immeuble, un bâtiment, un entrepôt, etc. Ce capital patient immobilier est garanti par une hypothèque immobilière subordonnée aux hypothèques immobilières pouvant être consenties à tout autre prêteur…→⊕

Fonds d’aide à la rénovation de l’habitation communautaire (Fonds ARHC)

Fondé en 2015 à l’initiative de la Fiducie du Chantier, le Fonds d’aide à la rénovation de l’habitation communautaire (FondsARHC) offre un nouveau produit financier pour les coopératives et les organismes à but non lucratif (OBNL) en habitation admissibles qui vise à financer la réalisation d’importants travaux pour les organismes en fin de convention.→⊕

Fonds d’investissement pour logement étudiant (FILE)

Fondé en 2018, sous l’impulsion de la Fiducie du Chantier de l’économie sociale, le Fonds d’investissement pour logement étudiant (FILE) a comme principale mission de permettre le financement de logements étudiants abordables en économie sociale afin de mieux répondre au besoin de la population étudiante du Québec…→⊕