Vendre son entreprise à ses employés sous forme de coopérative !

Les entreprises en économie sociale

Vendre son entreprise à ses employés sous forme de coopérative !

Saviez-vous que d’ici cinq ans, quatre à cinq entrepreneurs sur dix envisagent de vendre leur entreprise ? Que ce soit en totalité ou partiellement, viendra le temps où les propriétaires voudront se retirer du monde des affaires et prendre leur retraite, ceux-ci auront besoin de relève, de repreneurs. Combien de fois avons-nous vu des entreprises fermer faute de relève ou passer entre les mains de compagnies étrangères ?

La reprise collective par les employés est une option-solution souvent méconnue qui permettrait de sauver plusieurs entreprises, pour le bien de tous : employés, résidents, clients, fournisseurs et pour la communauté.

Qu’est-ce que la reprise collective par les employés ? C’est lorsque les employés, parfois en partenariat avec d’autres parties prenantes comme des clients ou des fournisseurs, reprennent par le modèle collectif, le flambeau de l’entreprise. Une transition favorable vers le modèle corporatif est un pouvoir d’agir et une option « supplémentaire » pour les dirigeants d’entreprise qui est fortement à considérer afin de conserver nos entreprises nord-côtières.

Il existe des avantages pour le cédant. Cela diminue le risque de vente d’unités d’affaires ou de délocalisation, il y a peu de changement dans l’équipe donc, pas de perte de savoir-faire ni d’expertise, le transfert d’entreprise se fait en douceur (mêmes contacts à l’interne pour les clients et les fournisseurs), les entrepreneurs employés sont très motivés par l’aventure entrepreneuriale et c’est donc une entente gagnant-gagnant.

Pour les repreneurs ou acheteurs, on y voit aussi plusieurs avantages. D’abord, des emplois assurés, le transfert d’entreprise serein dans un environnement connu, la participation aux décisions stratégiques de l’entreprise, le degré élevé d’implication ou le sentiment d’appartenance à l’entreprise, la participation des employés aux résultats, la potentielle augmentation de l’efficacité du travail, c’est donc aussi une entente gagnant-gagnant basée sur un mode de gestion participatif avec un consensus de groupe.

Pour l’économie locale, c’est la pérennité des entreprises dans le temps, la continuité de l’apport de l’entreprise au développement et à la vitalité socioéconomique, le maintien des emplois et des expertises, et donc des familles, le transfert d’entreprise vers un patrimoine collectif enfin la possibilité de regroupement sectoriel et régional.

En bonus, l’entreprise devient une propriété collective, celle des membres. Ne croyez pas que ce soit seulement pour un certain secteur d’activités, loin de là. Cela est possible dans tous les secteurs d’activités, tels que le transport, la fabrication, l’agriculture, la foresterie, la pêche, la chasse, l’hébergement touristique, la restauration, la construction, l’industrie et bien d’autres encore.

Adam Desbiens, coordonnateur – Pôle d’économie sociale Côte-Nord direction@economiesocialecotenord.ca 

&

Stéphane D’Amours, conseiller en transfert d’entreprise stephane.damours@ctequebec.com

Post author